Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Mission en Egypte du groupe d’amitié : pôle de stabilité indispensable dans la région, l’Égypte doit réussir sa transition économique et politique


Lundi 3 avril 2017

Du 20 au 26 mars, une délégation du groupe d’amitié France-Egypte, présidé par Mme Catherine Morin-Desailly (Seine-Maritime - UDI-UC) et composée de M. Daniel Laurent (Charente-Maritime - Les Républicains), M. Jean-Yves Leconte (Français établis hors de France - Socialiste et Républicain) et M. Philippe Bonnecarrère (Tarn - UDI-UC), s’est rendue au Caire, à Alexandrie et à Louxor à l’invitation du Parlement égyptien. Mme Christiane Kammermann (Français établis hors de France - Les Républicains) s’est jointe à la délégation.

Après plusieurs années de vacance du parlement suite aux révolutions intervenues en Egypte depuis 2011, il s’agissait en premier lieu de concrétiser la relation bilatérale entre le Sénat français et le Parlement égyptien, dans le prolongement des deux visites présidentielles (août 2015 et avril 2016) et de celle du Président du Sénat, M. Gérard Larcher, qu’une délégation du groupe d’amitié avait accompagné début novembre. Le groupe d’amitié souhaitait également approfondir sa connaissance des défis auxquels doit faire face l’Égypte et étudier les enjeux liés au projet de décentralisation en cours en se rendant dans deux gouvernorats (Alexandrie et Louxor), pour s’entretenir en particulier avec les deux gouverneurs.

Au Parlement, les sénateurs ont rencontré le Président Ali Abdel Aal, M. Ahmed El-Sigini, Président de la commission de l’Administration locale, et leurs homologues du groupe d’amitié Egypte-France présidé par M. Ayman Aboul Ela.

Au menu des discussions, le projet de réforme territoriale de l'Égypte. Il prévoit le transfert de nombreuses compétences aux gouvernorats et aux localités et la création d’assemblées élues. Cette réforme fera l’objet d’un atelier d'échanges interparlementaires lors de la prochaine rencontre des deux groupes à Paris.

Autres sujets abordés : la récente loi votée sur les ONG, en attente de promulgation et qui pourrait faire l’objet de modifications, la coopération dans le domaine de l’économie, de l'éducation et de la défense, mais aussi la situation des jeunes de moins de 40 ans (60 % de la population) ou encore la place des femmes dans la société.

La délégation a également eu un long entretien - près d'une heure et demie - avec le Président de la République, M. Abdel Fatah Al-Sissi. Cela a été l’occasion d’appréhender les multiples défis en particulier économiques et sociaux, auxquels doit faire face l'Égypte aujourd'hui, du fait notamment de la très forte croissance démographique de la population égyptienne (+2,5 millions d’habitants par an).

"Nous sommes impressionnés par les nombreuses réformes économiques ambitieuses qui ont été engagées par l’Égypte, pour relancer l’économie et restaurer la compétitivité du pays, pour répondre aux défis de la forte croissance de la démographie, mais aussi pour attirer de nouveaux investisseurs en Égypte." a déclaré Mme Catherine Morin-Desailly, lors d’une conférence de presse au Caire, le 25 mars.

En réponse au Président Sissi qui appelait de ses vœux un partenariat économique renforcé avec la France, la sénatrice a confirmé l’engagement du groupe d’amitié en ce sens, évoquant le colloque organisé au Sénat en partenariat avec Business France, le 20 février dernier, et la rencontre de représentants de grands groupes français au Caire. La sénatrice a dit avoir perçu une réelle confiance des entreprises françaises et leur intérêt pour ce grand pays qui compte plus de 90 millions d’habitants et devrait offrir à moyen ou long terme de belles opportunités.

À cet égard, lors des entretiens avec les Gouverneurs d’Alexandrie et de Louxor, Mme Morin-Desailly a évoqué la possibilité d’un développement de partenariats entre certaines grandes régions françaises volontaires et des gouvernorats égyptiens. "Dans de nombreux domaines, la France a une réelle expertise à offrir : la santé, le développement urbain et les Smart Cities, le traitement de l'eau, les transports, l'environnement ou encore les énergies renouvelables" a souligné un des membres de la délégation.

Pour attirer de nouveaux investisseurs, un des enjeux majeurs est celui de la sécurité. "La délégation a pu constater que tout est mis en œuvre pour garantir la sécurité dans le pays. La France et l’Égypte ont d’ailleurs dans ce domaine et dans celui de la défense une coopération qui s'est renforcée. Ce dont nos deux pays sont très satisfaits, car nous avons à relever des défis semblables." a ajouté la sénatrice.

Le sentiment de sécurité conditionne en particulier la reprise de l’activité du tourisme. On assisterait dans ce domaine à un redémarrage encourageant, selon le ministre des Antiquités, M. Khaled El-Enany, rencontré par la délégation. "Il faut dire que les récentes découvertes archéologiques suscitent un grand intérêt partout dans le monde. Elles pourraient constituer le moteur de la reprise du tourisme européen en particulier, la motivation pour venir en Égypte étant principalement culturelle", a fait valoir la présidente du groupe d’amitié.

S’agissant de la situation régionale également abordée longuement avec le Président Sissi, Mme Catherine Morin-Desailly a réaffirmé que "la stabilité de l'Égypte et l'affirmation de son rôle dans la région sont des atouts indispensables pour parvenir à la paix", en particulier en Libye où elle joue un rôle déterminant.

La délégation a également rencontré le ministre de l'Éducation égyptien, récemment nommé, pour évoquer avec lui en particulier le développement de l'enseignement du français en Égypte et la prévention de la radicalisation chez les plus jeunes. Lors de cet entretien et de la visite à l'Institut français, la délégation a pu mesurer la forte attente dans ce domaine. « Nous ne manquerons pas de relayer ce message auprès du gouvernement français, convaincus de l'importance de notre présence culturelle et linguistique ici », a assuré la sénatrice.

Avant de rentrer à Paris, les sénateurs ont tenu à exprimer leur solidarité face au terrorisme islamiste en se rendant à l'église copte Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire, où l’explosion d’une bombe avait fait 27 morts le 11 décembre dernier. La délégation a observé un moment de recueillement pour toutes les victimes des attentats terroristes d’Égypte.

 

Audience avec le Président Abdel Fatah Al-Sissi
(21 mars 2017)


Audience avec le Président du Parlement Ali Abdel Al
et les membres du groupe d’amitié Egypte-France (26 mars)

Remise des clefs d’Alexandrie à Mme Catherine Morin-Desailly, par le Gouverneur, M. Mohamed Ali Sultan, en présence du Consul général de France, M. Nabil Hajlaoui

Hommage de la délégation aux victimes des attentats terroristes dans l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul
(26 mars 2017)


 

Composition du groupe d’amitié France-Egypte :

http://www.senat.fr/groupe-interparlementaire-amitie/ami_617.html

La mission sénatoriale fera l’objet d’un rapport qui sera disponible prochainement sur le site internet du Sénat.

 

 

Contact(s) presse :