Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée
Bandeau patrimoine Accueil

L'escalier d'honneur

Pour construire l'escalier d'honneur, en 1800, Chalgrin détruit l'ancienne galerie qui occupait le premier étage de l'aile ouest du Palais.

L'escalier, composé de 48 marches et d'un unique palier de repos, est décoré de six lions antiques en pierre s'inspirant des lions égyptiens des fontaines de Rome. Deux autres lions, ornant initialement l'extrémité supérieure de l'escalier, ont été déposés en 1854 à l'occasion de la création d'une galerie de communication entre les salles du premier étage et le musée du Luxembourg alors situé dans l'enceinte du palais du Luxembourg. Ils ont été ultérieurement replacés dans le prolongement de l'escalier d'honneur, au début du vestiaire des sénateurs.

La balustrade en encorbellement date du Second Empire, la série des tapisseries des Gobelins de la fin du XIXe siècle, et le tapis rouge a été mis en place en 1958.

En revanche les deux bas-reliefs aux extrémités représentant Minerve entourée de génies ailés et réalisés par les sculpteurs Ramey et Duret sont d'origine.

 

 

Rosaces (détail)

Voûte
Début du XIXe siècle

La voûte en berceau , d'une longueur de presque 29 mètres, est soutenue par des colonnes d'ordre ionique. Elle est richement décorée de caissons et rosaces en plâtre, oeuvres du sculpteur Boichard (1875-1960).


 

Bas-relief
Début du XIXe siècle

Deux bas-reliefs, situés l'un au dessus de la porte conduisant aux salles du premier étage, l'autre répété sur la face opposée, côté commission des finances terminent la voûte.

Réalisés par les sculpteurs Duret (1804-1865) et Ramey (1754-1838), ils représentent Minerve et ses attributs, encadrée de deux génies ailés lui présentant des couronnes de chêne et de laurier.

Tapisseries de l'Escalier d'Honneur

Huit tapisseries tissées par les Gobelins décorent les parois latérales du grand escalier du palais du Luxembourg.

Quatre d'entre elles sont présentées ici. Elles ont comme source d'inspiration, une tapisserie du XVIIè "L'enlèvement d'Elie" d'après Simon Vouet.

Présentées par la Manufacture des Gobelins lors de l'Exposition universelle de 1889, elles sont disposées dans l'escalier d'honneur du Sénat en février 1890.

L'Ara rouge

D'après Paul-Alfred de Courzon (1820-1895), Manufacture des Gobelins (381x215cm)

Le Chevreuil
1888-1889
D'après Alexandre Rapin (1839-1889), Manufacture des Gobelins (383x213cm)

 

La Statue
1880-1884
D'après Paul-Jean Flandrin (1811-1902), Manufacture des Gobelins (385x215cm)

Le Héron
1879-1884
D'après Jean-Joseph Bellel (1816-1898), Manufacture des Gobelins (387x215cm)