Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

"Si tous les regards sont actuellement légitimement tournés vers l’Ukraine et la Moldavie, n’oublions pas pour autant les Balkans occidentaux !" estime Marta de Cidrac, présidente du groupe d’amitié France-Balkans occidentaux


Jeudi 7 juillet 2022

Alors que le Conseil européen des 23 et 24 juin a décidé d’accorder le statut de pays candidat à l’Ukraine et à la Moldavie, Marta de Cidrac (Les Républicains – Yvelines), présidente du groupe d’amitié France-Balkans occidentaux du Sénat, estime que l’Union européenne devrait rester attentive également à la situation des Balkans occidentaux.

Le récent Sommet UE-Balkans, organisé en marge du Conseil européen, a fait naître de fortes déceptions dans ces pays, qui frappent à la porte de l’Union européenne depuis déjà plus de vingt ans. Malgré les réformes réalisées, les négociations d’adhésion avec le Monténégro et la Serbie avancent lentement. En dépit des promesses, et malgré une proposition de compromis proposée par la présidence française et acceptée par les deux parties, l’ouverture effective des négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie reste sous "l’épée de Damoclès" du veto bulgare, sous le prétexte d’un différend bilatéral sur la question linguistique. La Bosnie-Herzégovine et le Kosovo demeurent des "candidats potentiels".

S’il reste encore d’importants efforts à accomplir dans ces pays, notamment en matière de respect de l’État de droit, l’absence de perspective européenne, même à moyen terme, fait naître des déceptions à l’égard de l’Europe, suscite des tensions et encourage l’émigration, en particulier de la jeunesse.

"La région des Balkans occidentaux soulève des enjeux stratégiques pour l’Europe, notamment en matière de sécurité et de migrations, sur le plan économique et énergétique".

"Alors que cette région connaît de fortes tensions, et face à l’influence de puissances étrangères comme la Russie, la Chine ou la Turquie, l’Union européenne devrait rester vigilante à la situation dans cette région". "Nous devrions envoyer rapidement des signaux positifs, clairs et forts pour encourager ces pays dans la poursuite des réformes et la réconciliation régionale" estime Marta de Cidrac.

 

Pour consulter la liste des membres du groupe d’amitié France-Balkans occidentaux:

www.senat.fr/groupe-interparlementaire-amitie/ami_674.html

Contact(s) presse :