Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Allocution du Président du Sénat
en hommage aux victimes des attentats de Trèbes

 

Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et messieurs les ministres,
Mes chers collègues,
    

Vendredi dernier, notre pays a été frappé une nouvelle fois par de lâches attaques terroristes à Carcassonne et à Trèbes, dans le département de l’Aude.
     
Le bilan est lourd : quatre personnes sont décédées et plusieurs autres ont été blessées.

J’adresse, au nom du Sénat tout entier, mes plus sincères condoléances aux familles des quatre disparus : Jean Mazières, Christian Medves, Hervé Sosna et Arnaud Beltrame.
     
J’adresse également ma solidarité et mes pensées aux blessés – dont certains sont encore hospitalisés – et à leurs familles.
     
Les conditions du sacrifice du lieutenant-colonel Beltrame ont suscité une vague d’émotion dans tout le pays : cet officier est mort en héros en se livrant au terroriste en échange de la vie d’une femme. Cet acte de courage, d’abnégation, de fidélité à son serment, doit rester dans nos mémoires. « Le tombeau des héros est le cœur des vivants » écrivait André Malraux. La Nation lui rendra demain matin l’hommage que son courage justifie.    

Au nom du Sénat tout entier, je souhaite, à travers cet exemple exceptionnel, rendre hommage et exprimer notre gratitude à l’égard de nos forces de sécurité. Leur action pour protéger les Français est remarquable.
     
Ces attaques nous rappellent le haut degré de menace qui pèse sur notre pays, malgré le recul de l’État islamique sur le terrain au Moyen-Orient. Face à cette menace, nous devons rester vigilants, unis et déterminés à poursuivre le combat contre le terrorisme islamiste, à défendre les valeurs de la République et lutter sans relâche, sans concession aucune, contre toutes les manifestations de haine.
     
Je vous invite à observer une minute de silence en hommage aux victimes de ces attaques. Ce moment de silence sera également observé dans l’ensemble des services du Sénat.

Seul le prononcé fait foi