Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée
Bandeau patrimoine Accueil

La salle des Conférences

Avec une surface de près de 650 m2 (57 m de long, 10,60 m de large, 11 m de hauteur) égale à celle de la galerie d'Apollon du Louvre, la salle des Conférences occupe un espace dont la fonction a évolué au fil de l'histoire. C'est tout d'abord en son centre que débouchait l'escalier de Salomon de Brosse. C'est là encore qu'a pris place pendant la première moitié du XIXe siècle l'hémicycle du Sénat conservateur.

En 1852, Napoléon III demande à Alphonse de Gisors (1796-1861) de réaliser une galerie du Trône pour le Sénat impérial. L'architecte réunit alors d'un seul tenant l'ancienne salle des Séances et les deux salons attenants.

Le décor actuel réalisé entre 1852 et 1854 est l'un des plus riches du Second Empire comporte de nombreuses oeuvres : coupole de Jean Alaux (1786-1804) et culs-de-four d'Henri Lehmann (1814-1882).

On y a récemment replacé le trône de Napoléon Ier en bois doré réalisé par François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770-1841) en 1804.

 

 
Image Hémicycle

Apothéose de Napoléon Ier
1854
Jean Alaux

Dans la coupole, une peinture de Jean Alaux (1786-1864) - qui a composé le décor de la salle des Etats généraux à Versailles - est chargée de représenter, selon le programme officiel, l'apothéose de Napoléon Ier - drapé dans son manteau impérial rouge et les bras étendus dans un geste de paix - ainsi que "l'Avenir ouvert" par le règne de Napoléon III.

 

Cul-de-four (extrémité ouest)
1854
Henri Lehmann

Elève de Ingres, Henri Lehmann illustre, dans une grande fresque, l'histoire de France.

Ici, l'histoire de France des origines jusqu'à Charlemagne.



Charlemagne et Widuking

Charlemagne oblige Widuking, chef saxon, à recevoir le baptême en 785

Cul-de-four (extrémité est)

Dans le cul-de-four est, Lehmann peint L'épopée française de la première croisade à Louis XIV.




Saint-Louis

Ici, Saint-Louis dictant ses "établissements". Derrière lui, deux femmes semblent symboliser la Justice et la Foi

 
La France peinte par Adolphe Brune en 1854

Elève du baron Antoine-Jean Gros (1771-1835), Adolphe Brune (1802-1875) interprète l'histoire contemporaine du Second Empire, dans deux compositions illustrant la France guerrière et la France pacifique.

Adolphe Brune peint également les médaillons intermédiaires, où des anges porteurs de divers attributs exaltent la France chrétienne, la France guerrière, la Chevalerie et les grandes découvertes

 


L'Âge de la Victoire


L'Âge de la paix

La France chrétienne

La France guerrière

La Chevalerie

Les grandes découvertes

 

 

Trône de Napoléon Ier
1804

Sculpté en bois doré par Jacob-Desmalter, d'après un dessin de Chalgrin, il est orné de deux sphinges caractéristiques du style Empire.

Salle des Conférences

Autour de la table de lecture, les sièges historiques du Sénat conservateur sous le Consulat. Les murs sont ornés de tapisseries des Gobelins (1900-1913) inspirées des Métamorphoses d'Ovide.