Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Enjeux de la filière sidérurgique dans la France du XXIe siècle

Dernière mise à jour le 12 juillet 2019
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mercredi 10 juillet 2019, Valérie LÉTARD a présenté à la presse le rapport de la mission d'information "Les enjeux de la filière sidérurgique dans la France du XXIe siècle : opportunité de croissance et de développement", présidée par Franck MENONVILLE.

 

 

Conférence de presse (10 juillet 2019)

 

Mercredi 10 juillet 2019, Valérie LÉTARD a présenté à la presse le rapport de la mission d'information "Les enjeux de la filière sidérurgique dans la France du XXIe siècle : opportunité de croissance et de développement", présidée par Franck MENONVILLE.

 

 Comprendre les enjeux

 

Avec seulement 8 haut-fourneaux contre 152 en 1954, la France n’est plus que le 15ème sidérurgiste mondial, ne représentant que 1 % de la production, et ne dispose plus d’aucun champion national.

La filière sidérurgique est pourtant stratégique pour de nombreuses filières aval et demeure compétitive bien que fortement dépendante pour ses approvisionnements.

Elle est toutefois structurellement mondialisée, très fragmentée et segmentée ; très capitalistique et produisant à très bas coût.

Quelle peut-être, dans ce contexte, la stratégie de l’État, le rôle des régions ; existe-t-il une politique publique industrielle à la hauteur des enjeux ou l’État se contente-t-il d’être un « pompier » pour sauver, avec peine, des aciéries en difficulté ?

L’organisation de la filière est-elle optimale ? Comment la rendre attractive pour les salariés ?

Pour donner à l’acier français de nouvelles armes dans la concurrence mondiale, les mesures européennes de protection ayant atténué l’impact des distorsions de concurrence sans les supprimer, la mission d’information présente ses propositions pour un accompagnement plus stratégique de l’État et de la filière, pour un soutien adapté à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la recherche-développement, pour maintenir le soutien aux aciéries électro-intensives, pour favoriser le recyclage de l’acier qui participe à l’économie circulaire et demeure indispensable à la transition énergétique, pour développer une politique commerciale plus protectrice et réactive.

 

 

En savoir plus :

Photo ©