Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le réseau de l'enseignement français à l'étranger

Dernière mise à jour le 29 août 2018
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mercredi 29 août 2018, Vincent DELAHAYE et Rémi FÉRAUD ont présenté à la presse leur rapport de contrôle budgétaire sur le réseau de l'enseignement français à l'étranger, fait au nom de la commission des finances présidée par Vincent ÉBLÉ.

 

 

 

 

 

Conférence de presse (29 août 2018)

 

Mercredi 29 août 2018, Vincent DELAHAYE et Rémi FÉRAUD ont présenté à la presse leur rapport de contrôle budgétaire sur le réseau de l'enseignement français à l'étranger, fait au nom de la commission des finances présidée par Vincent ÉBLÉ.

 

 

 Comprendre les enjeux

 

En juillet 2017, l’annulation de 33 millions d’euros de la subvention de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) a déclenché une vague de contestation et des grèves dans plusieurs lycées français à travers le monde. Cette réduction de crédits, qui se traduira par la suppression d’au moins 340 postes d’enseignants dans les deux prochaines années, a cristallisé les difficultés budgétaires rencontrées par l’AEFE et les établissements scolaires français à l’étranger. Scolarisant 350 000 élèves environ, au sein de 492 établissements dans 137 pays, le réseau fait face à une réduction des crédits publics consacrés à l’AEFE de près de 14 % depuis 2012, ce qui a augmenté la participation des familles par le versement de frais de scolarité. Ces derniers assurent aujourd’hui 60 % du financement du réseau et ils ont progressé de près de 25 % en cinq ans. Partant de ce constat, les rapporteurs spéciaux de la mission "Action extérieure de l’État" ont souhaité réaliser un contrôle budgétaire sur ce sujet.

Leur rapport aborde notamment les thèmes suivants :

  • la soutenabilité budgétaire du réseau à moyen et long terme ;
  • l’évolution des frais de scolarité ;
  • la cohérence du pilotage budgétaire par rapport aux priorités diplomatiques du ministère des affaires étrangères ;
  • les conditions d’un développement réaliste du réseau pour répondre à l’objectif du Président de la République de doubler le nombre d’élèves d’ici 2030.

En savoir plus :

Photo © Sénat.